Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

La crise politique

Partie 1/2

La crise religieuse qui couve alors se double au début des années 1560 d’une crise politique, lorsque la mort accidentelle du roi Henri II oblige deux de ses fils mineurs et inexpérimentés, François II puis Charles IX, à régner successivement. Les régences de la reine mère Catherine de Médicis et l’affaiblissement de l’autorité royale qui en découle, aiguisent l’appétit des grands clans nobiliaires qui gravitent dans l’entourage royal. En mars 1560, des nobles protestants, peut-être soutenus par Louis de Condé, tentent par exemple de s’emparer de la personne du jeune roi François II pour le soustraire à l’influence des Guise.

Le danger est d’autant plus grand pour la couronne que nombre de ces clans sont désormais divisés par la conversion de certains de leurs membres. En effet, l’adhésion de nombreux nobles à la Réforme a été déterminante pour son expansion. Elle lui offrait d’abord un poids social et militaire non négligeable. Elle pouvait également obliger le pouvoir royal à nuancer sa politique puisque même un prince du sang comme Henri de Navarre pouvait « changer de couleur », comme l’on disait alors. Ainsi, les Montmorency et les Bourbons sont-ils partagés. Le connétable Anne, chef du lignage des premiers, reste fidèle à la religion traditionnelle, tout comme ses fils. En revanche, sa sœur Louise et ses neveux Châtillon passent à la réforme. Odet, cardinal-évêque, François d’Andelot et surtout l’amiral de Coligny, qui jouit d’une grande influence auprès du pourvoir royal, adhèrent à la réforme au début des années 1560. Chez les Bourbons, Antoine, premier prince du sang et père d’Henri, est fortement tenté par la conversion d’autant que sa femme Jeanne d’Albret est officiellement passée à la réforme le 25 décembre 1561. Après plusieurs tergiversations et après avoir entretenu un immense espoir dans les rangs huguenots, Antoine de Bourbon choisit définitivement le catholicisme en 1562. À l’inverse, son cadet Louis de Condé se convertit en 1558. Ainsi les deux frères se retrouvent-ils dans chacune des deux armées qui s’opposent au moment de la première guerre de religion. Henri Ier de Condé, fils de Louis, sera jusqu’à sa mort en 1588 une des grandes figures du parti protestant aux côtés de son cousin Henri de Navarre. Cette bigarrure religieuse de certaines grandes familles est accentuée par des stratégies matrimoniales qui multiplient les mariages mixtes, compliquant d’autant les rapports de force et la politique royale.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : L'exécution d'Amboise

Exécution des conjurés d'Amboise
© RMN / / René-Gabriel Ojéda
Commentaire :
Exécution des conjurés d'Amboise (le parti réformé avait projeté l'enlèvement du jeune roi François II).
Légende :
L'exécution d'Amboise (15 mars 1560), gravure par Frans Hogenberg d'après Tortorel et Perrissin, 1585. Musée national du château de Pau

Titre du média : Odet de Coligny

Portrait d'Odet de Coligny, cardinal de Châtillon
© RMN / René Gabriel Ojéda
Légende :
Odet de Coligny, cardinal de Châtillon (1515-1571), par François Clouet, XVIe s. Musée Condé de Chantilly

Titre du média : Gaspard de Coligny

Portrait de l'amiral Gaspard de Coligny
© RMN / René Gabriel Ojéda
Légende :
Gaspard de Coligny (1519-1572), par Marc Duval, XVIe s. Musée Condé de Chantilly, PE579

Titre du média : François de Coligny

Portrait de François de Coligny, seigneur d'Andelot
© RMN / René Gabriel Ojéda
Légende :
François de Coligny, seigneur d'Andelot (1521-1569), dessin par Thierry Bellange, XVIIe s. Musée national du château de Pau, P.78.9.1.7

Partie 2/2

Alors que le différend religieux se fait plus aigu avec la généralisation de l’iconoclasme huguenot, les modérés de l’entourage royal, autour de Catherine de Médicis et du chancelier de L’Hospital, vont expérimenter une nouvelle politique. Tranchant en cela avec la répression menée depuis le règne d’Henri II, ils vont faire le double pari de la concorde, religieuse d’abord, civile ensuite. La concorde religieuse vise à réunir les chrétiens dans une même Eglise, en essayant de trouver un compromis du type via media élisabéthaine. L’échec de cet objectif est symbolisé par le colloque de Poissy. Ceci ne remet cependant pas en cause la recherche de la concorde civile, incarnée par l’édit de janvier 1562. L’idée est de trouver les dispositions qui permettront la coexistence pacifique entre les sujets des deux religions. Le massacre de Wassy vient rompre le fragile équilibre mis en place.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Le colloque de Poissy (9 septembre 1561)

Le colloque de Poissy (9 septembre 1561)
© RMN / / René-Gabriel Ojéda
Légende :
Le colloque de Poissy (9 septembre 1561), gravure par Frans Hogenberg, XVIe s. Musée national du château de Pau

Titre du média : Pillage des églises par les calvinistes

Scène de pillage des églises par les calvinistes, 1585
© RMN / René-Gabriel Ojéda
Légende :
Pillage des églises par les calvinistes, gravure par Frans Hogenberg, 1585. Musée national du château de Pau, P55-35-28

Titre du média : Le Massacre de Wassy

Le Massacre de Wassy, 1562
© RMN / René-Gabriel Ojéda
Légende :
Le Massacre de Wassy, 1er mars 1562, gravure par Frans Hogenberg, d’après Tortorel et et Perrissin. Musée national du château de Pau, P69-34-87
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible