Passer le menu

Henri IV - le règne interrompu

Vers une nouvelle émulation

À la cour des Valois, Henri de Navarre fut témoin des élans qui avaient fait de la culture française l’une des plus brillantes d’Europe. Devenu roi de France, il n’eut de cesse de perpétuer le formidable élan artistique qu’avaient encouragé ses prédécesseurs, princes mécènes à la cour desquels il avait pu saisir toute la nécessité d’une politique artistique forte dans l’exercice du pouvoir pour asseoir un prestige et favoriser une suprématie éclatante.

Les guerres de Religion et le combat contre la Ligue catholique avaient pourtant considérablement freiné l’importante politique artistique mise en place par Catherine de Médicis et, malgré de beaux efforts, Henri III ne put maintenir une émulation qui s’était quelque peu essoufflée en raison des luttes intestines des élites dirigeantes. Malgré ce contexte troublé, et dès son avènement (1589), Henri IV encouragea la reprise de la vie artistique, notamment en re-dynamisant les institutions musicales du royaume, à commencer par celles de la cour – les Musiques de la Chapelle, de la Chambre et de l’Écurie –, dont l’organisation n’avait pas changé depuis François Ier. Dans son Journal du mois de novembre 1590, le chroniqueur Pierre de L’Estoile nota que ce fut « à la Cour du Roy de Navarre » que « la musique de la Chapelle fut rétablie […] pour, à la suite de la cour, dire tous les jours la Messe du Roy, et faire des prières continuelles pour sa conservation et sa conversion ». À cette époque, le personnel musical de la Maison du roi comptait neuf chantres et douze instruments. En 1592, afin de renforcer le prestige de sa Musique, Henri IV créa la charge de « Superintendant » de la Musique de la Chambre puis, entre 1594 et 1596, celle de Compositeur, s’attachant par là même les meilleurs compositeurs. En mars 1594 à Chartres, au lendemain du sacre, une ordonnance officialisait le rétablissement la Musique de la Chapelle, en confirmant et même élargissant les prérogatives dont les chantres et pages s’étaient prévalus durant les règnes précédents. Enfin, la conversion du roi (25 juillet 1593), qui s’accompagna d’une reprise plus sereine de la vie de la cour, acheva de rétablir dans tout le royaume un climat propice à la création artistique, elle-même relayée par un formidable essor de l’édition musicale dont le privilège exclusif, détenu par la maison Ballard, fut renforcé.

Médias associés à cette fiche

Titre du média : Henri IV en Apollon

Tenture représentant Henri IV en Apollon
© RMN / Gérard Blot
Légende :
Tenture dite de l'Arsenal pour Sully représentant Henri IV en Apollon (détail), 1600-1610. Musée national de la Renaissance d'Écouen, ECL1209a
Bienvenue sur le site Henri 4
/1/ Vous souhaitez voir ce site en version flash, ce site nécessite donc que votre poste soit équipé du flash player et que soit activé le javascript sur votre navigateur.

/2/ Si vous n'avez pas flash installé sur votre ordinateur, vous pouvez consulter la version accessible du site.

/3/ Vous pouvez consulter la version mobile du site.
Version accessible